Réutiliser les eaux usées traitées au Maroc, en France, Tunisie, Algérie


Le projet ANUMAB renforce les collaborations

ANUMAB

Marc Héran, directeur scientifique de la chaire Unesco SIMEV, s’implique avec nos partenaires du Maroc, d’Algérie et de Tunisie dans un nouveau projet ! ANUMAB s’intéresse à la réutilisation des eaux usées traitées.

Approches NUmériques et Mathématiques Appliquées pour la Bioéconomie et la REUSE (ANUMAB)

La key initiative (KIM) du projet Montpellier Université d’excellence (MUSE) finance ANUMAB à travers le programme « KIM-Waters MUSE ». Ce projet participe au développement et au renforcement des collaborations autour des questions touchant à la réutilisation des eaux usées traitées (REUSE).

Il s’appuie sur la collaboration de longue date des partenaires de SIMEV avec ses alter-ego du réseau euro-méditerranéen de recherche TREASURE d’une part et sur le nouveau réseau national REUSE d’INRAE d’autre part.

ANUMAB est porté par Jérôme Harmand (LBE, INRAE, Narbonne), Marc Héran (IEM, Univ. Montpellier), Nahla Abdellatif (ENIT-LAMSIN, Tunis), Zoubida Mghazli (Univ. Ibn Tofaïl, Kénitra) et Boumediene Benyahia, Univ. Tlemcen.

Aujourd’hui, en France, seuls 0.1 à 0.2% des eaux usées sont réutilisées

C’est beaucoup moins qu’en Tunisie, en Algérie ou au Maroc où il existe un important savoir-faire, avec des normes moins strictes. Selon les pays, entre 50% et 70% des eaux prélevées sont utilisées pour l’agriculture. Dans ce cadre, l’approche bioéconomique promeut la réutilisation des eaux usées traitées. Les eaux de bonne qualité pourraient alors être prioritairement utilisées pour la production d’eau potable.

ANUMAB veut ainsi considérer toute la chaîne de REUSE et la modéliser pour chercher à optimiser la production agricole sous contraintes sanitaires et environnementales.

Une dynamique initiée par le réseau universitaire et l’expertise SIMEV

Le projet s’inscrit dans la continuité des réflexions initiées il y a 5 ans déjà. Les partenaires SIMEV d’Algérie, du Maroc et de Tunisie s’étaient en effet retrouvés dans le cadre du salon international de l’eau Hydrogaïa. Ces rencontres avaient permis d’acter leur volonté commune de développer un réseau institutionnalisé sur le pourtour ouest de la Méditerranée.

Développer les collaborations Nord/Sud/Sud pour approfondir la réutilisation des eaux usées traitées (REUSE)

ANUMAB vient aujourd’hui renforcer les collaborations sur les axes Montpellier-Tunis-Tlemcen-Kénitra (France-Tunisie-Maroc-Algérie) autour des questions touchant à la REUSE.

Ce projet de 18 mois va ainsi permettre d’unifier sous la bannière du centre international UNESCO-ICIREWARD et de la Chaire Unesco-SIMEV de Montpellier les actions de Formation, de Recherche et de Valorisation autour de la REUSE.

Il portera les valeurs de l’UNESCO en renforçant les liens par la création à Tunis d’une chaire de mathématique pour l’environnement.